Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 18:55

WestPoint.jpg

 

Demain à Nantes, aura lieu la soutenance de thèse de Thomas Preveraud : « Circulations mathématiques franco-américaines (1815-1876) : transferts, réceptions, incorporations et sédimentations » dirigée par Evelyne Barbin (Université de Nantes) et Michel Catala (Université de Nantes), et co-encadrée par Norbert Verdier (Université Paris-Sud 11).

 

Elle aura lieu le lundi 6 octobre 2014 à  13h30, à l’université de Nantes, Campus Lettres, Bâtiment Tertre, dans la salle du conseil (entresol, entre le rez-de-chaussée et le premier étage), devant le jury composé de :

 

Evelyne Barbin, Professeur des universités, Université de Nantes

Michel Catala, Professeur des universités, Université de Nantes

Konstantinos Chatzis, Chargé de recherche 1ère classe, école des ponts et chaussées ParisTech

Pascal Crozet, Chargé de recherche 1ère classe, Université Paris Diderot, CNRS

Catherine Goldstein, Directrice de recherche, Institut de mathématiques de Jussieu

Karen Parshall, Professeur des universités, University of Virginia

Norbert Verdier, Maître de conférences, Université Paris-Sud 11

 

Résumé.

 

Au début du XIXe siècle, mues par un désir de réforme et de modernisation de la formation mathématique des savants et des ingénieurs, à l’université Harvard, à l’Académie militaire de West Point ainsi que d’autres institutions américaines d’enseignement, de production et de diffusion des sciences reçoivent et utilisent les mathématiques françaises. Loin d’être transférés sur des terres savantes vierges, les savoirs et les enseignements français, c’est-à -dire essentiellement les manuels et les structures scolaires, constituent une rupture avec les habitus des Américains, héritiers en grande partie des usages anglais en termes de contenus, de méthodes pédagogiques et de supports de diffusion. Au cours du siècle, les acteurs des mathématiques américaines tiennent compte de la radicalité que l’introduction des savoirs français implique, les adaptent aux pratiques locales, les y incorporent, puis les y sédimentent.

 

 

Les Etats-Unis deviennent alors, au XIXe siècle, le lieu de rencontre, de mixage et d’hybridation de deux styles mathématiques qui, en Europe, peinent à  dialoguer. Ces processus de transformations réciproques produisent des savoirs neufs et originaux, susceptibles d’être à  leur tour diffusés en France, dans un mouvement retour de circulation des connaissances. L’ensemble de ces transferts scientifiques est permis par l’articulation des activités des institutions américaines (universités, sociétés savantes, journaux) et celles de nombreux acteurs invisibles. Les contributions des libraires, voyageurs, diplomates ou bibliothécaires aux processus matériels de circulation des connaissances sont mises en lumière par la thèse. L’étude des échanges mathématiques entre la France et les Etats-Unis questionne ainsi la constitution des mathématiques comme discipline, en mobilisant de façon croisée une grande variété de sources et de pratiques historiques, dans le but de comprendre les procédés complexes qui mènent à  l’émergence d’une recherche scientifique américaine.

 

Bian à vous. N.V.

Repost 0
Published by Norbert Verdier - dans Soutenance de thèse
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 08:57
campus"J'ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse intitulée « Charles-Ange Laisant. Itinéraires et engagements d'un mathématicien, d'un siècle à l'autre (1841-1920). »
et dirigée par Mme BARBIN Evelyne.
Le jury est composé de
Mme BARBIN Evelyne - Professeur - Université de Nantes
Mme FURINGHETTI Fulvia - Professeur - Université de Gênes (Italie)
M. NABONNAND Philippe - Maître de conférences - Université de Nancy 2
Mme GOLDSTEIN Catherine - Directeur de recherche - Institut de mathématiques de Jussieu
Mme SCHWER Sylviane - Professeur - Université de Paris 13
M. VERDIER Norbert - Maître de conférences - Université de Paris 11.
La soutenance aura lieu le lundi 31 octobre à 14h dans l'Amphi Pasteur (Bâtiment 2) de l'UFR sciences et techniques de Nantes (plan ci-dessous). Le Campus sciences de l'Université de Nantes est en face de l'arrêt Michelet-Fac des sciences du tramway (ligne 2).
Vous êtes cordialement invité au pot qui suivra la soutenance.
Bien cordialement,
J. Auvinet.
Résumé : Charles-Ange Laisant (1841-1920) est une figure, restée longtemps méconnue, des mathématiques de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. La vie de ce polytechnicien d’origine nantaise présente de multiples et riches facettes. Ses carrières de militaire et d’homme politique s’entremêlent avec son parcours de mathématicien. À la suite de Jules Hoüel, il se montre un diffuseur actif de la méthode des équipollences de Giusto Bellavitis et de la théorie des quaternions en multipliant les applications de ces notions. Ami d’Édouard Lucas, Laisant produit
également des résultats originaux sur la représentation de notions issues des mathématiques discrètes. Homme de
réseaux, il est membre de multiples sociétés savantes en France (SMF, AFAS, Société Philomathique de Paris).
Persuadé que le progrès mathématique impose une plus grande communication entre ses acteurs, il fonde
L’intermédiaire des mathématiciens avec son ami Émile Lemoine et L’enseignement mathématique avec le
Suisse Henri Fehr. Après avoir été enseignant, son intérêt pour les questions d’éducation apparaissent ensuite
plus présentes à la fin de sa carrière où s’installe également une réflexion plus large sur sa discipline. Notre
travail s’efforce de discerner les différents itinéraires empruntés, de souligner les engagements inhérents à
chacun d’entre eux afin de situer les travaux de Laisant dans la période considérée (1860-1914) et d’étudier la
place particulière du personnage dans la communauté mathématique de son époque."
À Nantes peut-être. Bien à vous. N.V.
Repost 0
Published by Norbert Verdier - dans Soutenance de thèse
commenter cet article
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 10:12

AmphiStourdze.jpg

" J'ai le plaisir de vous informer de la soutenance de mes travaux pour l'obtention d'une thèse en histoire des sciences, qui aura lieu le lundi 3 octobre à 14h, amphithéâtre Stourdzé, ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (entrée par le 25, rue de la Montagne Sainte-Geneviève, Paris V°).

Vous trouverez ci-dessous le titre et le résumé des travaux.

 

Le jury est composé comme suit :

 

Ø     Bruno Belhoste, professeur, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (directeur),

Ø     Olivier Darrigol, directeur de recherche au CNRS (rapporteur),

Ø     Gérard Jorland, directeur d’études à l’EHESS (rapporteur),

Ø     Antoine Picon, ingénieur en chef des ponts et chaussées, chercheur associé au LATTS (École des ponts et chaussées), professeur à la Harvard School of Design,

Ø     Norbert Verdier, docteur en histoire des sciences, chercheur au GHDSO Paris XI.

 

Gaspard-Gustave de Coriolis (1792-1843) : un mathématicien, théoricien de la mécanique appliquée

Cette thèse à caractère biographique est une étude de la carrière et de l’œuvre scientifiques de Gaspard-Gustave de Coriolis (1792-1843), polytechnicien, ingénieur des ponts et chaussées, dont le nom est universellement connu (force de Coriolis), mais dont le parcours et l’œuvre multiforme sont peu connus. Le fait que Coriolis fasse l’intégralité de sa carrière comme enseignant, puis directeur des études à l’École polytechnique, et que par ailleurs il participe à l’évolution de l’École et du Corps des ponts et chaussées à partir de 1830, nous donne un éclairage intéressant sur ces institutions (notamment grâce à la correspondance privée de Coriolis de 1838 à sa mort). Concernant son œuvre scientifique, sont rappelés ses apports de mathématicien. Son œuvre se caractérise principalement, toutefois, par une approche avant tout mathématique et théorique de la mécanique appliquée aux machines – il établit les fondements d’une théorie du travail. Cette approche et les résultats importants qui peuvent être attribués à ce savant, comme la définition physique du travail, les forces d’entraînement ou les forces centrifuges composées (forces de Coriolis), témoignent du lien tissé par Coriolis entre la mécanique rationnelle des géomètres et la mécanique appliquée à l’industrie naissante des machines.

 

"

 

Bien à vous; KB, N.V. ce dimanche 02 octobre 2011.

Repost 0
Published by Norbert Verdier - dans Soutenance de thèse
commenter cet article

Articles Récents

Liens