Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 11:46

Bonjour à tous;

En décembre, nous rendions visite à l'Ecole des Arts et Métiers grâce à Nadim Akial. Bien à vous. NV

 

 

Douzième feuille de Cachan.

" De Vitry aux Arts et Métiers avec Nadim Akial " 

     

  • Décembre 2006 –

     

 

Décembre 2006. Cap sur l’Ecole Nationale Supérieure d’Arts et Métiers (ENSAM). Une grande école soucieuse de ses traditions qui accueille sur concours certains de nos anciens étudiants. Rencontre avec un " Gadzart " : Nadim Akial.

Présentez-nous brièvement votre parcours avant l’IUT ?

J’habite la ville de Vitry sur Seine et j’y ai passé toute ma scolarité. J’ai obtenu un bac STI option Génie électronique avec la mention bien, au lycée Adolphe Chérioux ce qui m’a permis d’intégrer l’IUT Cachan.

 

Pendant l’IUT ?

Ma scolarité s’est très bien passée à l’IUT malgré des débuts plutôt difficiles en mathématiques. Il a donc fallu travailler beaucoup plus pour pouvoir passer en deuxième année. J’aime vraiment les matières qu’on y enseigne et je n’ai pas trop été dépaysé en venant d’un bac STI électronique. La deuxième année a été plus intéressante car le travail est effectué de manière plus autonome avec de nombreux projets, ce qui m’a appris à mieux gérer mon temps. J’y ai rencontré un grand nombre de personnes venant d’autres horizons que les miens et avec qui je garde toujours des contacts.

 

Comment intègre-t-on l’ENSAM ?

L’ENSAM est une école qui recrute uniquement sur concours. Cette école est accessible si on travaille régulièrement et surtout si on réussit bien l’entretien de motivation. Lors de celui ci, on demande à l’étudiant s’il lit et quelle lecture en particulier (ce n’est pas toujours le cas chez les étudiants de filières techniques). De plus, on discute aussi de sujet d’actualité, donc il faut s’y intéresser. L’ENSAM accorde un grand coefficient pour l‘admission à cet entretien et au dossier (le sérieux et l’assiduité sont recommandés), voilà pourquoi j’en parle beaucoup.

 

Quelles sont vos impressions d’entrée ?

A mon arrivée, je n’avais qu’une seule inquiétude : ne pas être à la hauteur de la réputation de cette école!  Mais les nouveaux étudiants sont immédiatement parrainés par ceux de deuxième année et ceci aide beaucoup à relativiser et à mieux appréhender la suite des événements. On nous montre le fonctionnement de l’école et le principe de solidarité qui règne entre tous les étudiants, même de différentes promotions et l’entraide au niveau du travail. On nous propose une multitude de clubs d’activités extra scolaires (sports, culture…), et il y a même la possibilité pour chacun de créer son propre club. Tout ceci montre que cette école fonctionne comme une grande famille et c’est là ma première impression.

 

Est-ce que le bizutage (l’usinage) qui défraie souvent la chronique existe encore à l’ENSAM ?

Il faut savoir que le bizutage est interdit en France depuis 1998 et l’ENSAM s’est conformé à la loi. Cependant il reste encore une période de transmission des traditions de cette école à la fin de laquelle on reçoit le titre de Gadz’art mais on est bien loin du bizutage. Les étudiants ne sont pas obligés de suivre cette transmission et tout est mis en œuvre pour que cela se passe dans de bonnes conditions. Avant d’intégrer, j’appréhendais mais pour l'avoir vécu, je peux dire que les étudiants n’ont pas de soucis à se faire et je pense que le terme de bizutage est inadapté et les descriptions qui sont faites dans les médias ne correspondent pas à la réalité. Cette année l’ENSAM fête son bicentenaire et c’est l’occasion pour cette école de communiquer et améliorer l’image de ses traditions vues de l’extérieur.

 

Selon vous, qu’est ce qui différencie le niveau ingénieur du niveau technicien ?

Bien évidemment les trois années d’études supplémentaires qu’effectue un ingénieur lui confèrent un bagage scientifique et technique supérieur. Il possède aussi un niveau de langue plus élevé car il aura souvent l’occasion d’être mis en relation avec des entreprises étrangères. Mais un bon ingénieur doit aussi savoir gérer des projets importants et donc une équipe (souvent composée de techniciens) ce qui implique une formation en management. En effet il doit savoir prendre des décisions de direction de projet et doit connaître un ensemble de technologies afin de faire des choix. Il sera appelé à occuper un poste très évolutif donc il doit avoir une faculté d’adaptation dans sa carrière plus importante que celle d’un technicien. Ainsi il se formera à des technologies en fonction des projets qui lui seront confiés. Ce qui fait qu'avant qu'un technicien soit en mesure d'avoir une connaissance globale d'un ensemble de technologies, il devra y avoir travaillé dessus, alors que l’ingénieur a (normalement) cette capacité à la sortie de son école.

 

 

Bonnes fêtes de fin d’année, à toutes et à tous.

 

 

Ours

Responsables de la publication : Georges Michaïlesco & Gilles Raynaud

Rédacteur & " Intervieweur ": Norbert Verdier (norbert.verdier@iut-cachan.u-psud.fr)

Comité de rédaction : Sally Gérome, Pascale Vareille, Norbert Verdier.

" Interviewé " : nadim.akial@gmail.com

Partager cet article

Repost 0
Published by Norbert Verdier - dans La Feuille de Cachan
commenter cet article

commentaires

Articles Récents

Liens